Maman solo

Elle a fait un bébé toute seule

Un joli rêve

Cette nuit j’ai fait un rêve étrange mais tellement réel que ça m’a troublée au réveil et que j’ai eu envie de vous en parler.
Cette nuit j’ai rêvé que j’accouchais d’une petite fille, mon deuxième enfant.
J’accouchais chez moi, toute seule, enfin il y avait quelqu’un, je ne sais pas qui, qui me soutenais. J’étais sous la douche, accroupie et je réceptionnais mon petit bébé en disant “mais je n’ai même pas poussé !”. Je sentais l’eau couler le long de mon dos, je sentais sa peau tout chaude contre ma poitrine et cette odeur… Vous la connaissez cette odeur de bébé, ce parfum magique qui nous rend fou d’amour ?
J’ai vraiment encore la sensation de ce bébé tout chaud contre moi en peau à peau. Puis, je me voie marcher en tenant mon Litchi par la main et ce bébé tout neuf lové contre moi en écharpe de portage. Je m’entends dire ” oh mais je n’ai toujours pas annoncé sa naissance !”
Alors je me laisse prendre en photo puis j’écris sur les réseaux l’arrivée de Ley, toute en douceur au cours de la nuit. Mon imagination n’a pas de limite car ce prénom est sortie de nulle part et je lui ai trouvé une signification, ça voulait dire” rare, précieux ” en Hindi (alors que pas du tout hein).

C’était un joli rêve.

Hier je discutais avec une amie d’enfance sur ce qu’on était prête ou non à faire pour avoir un enfant. On a pas la vie qu’on a envie d’avoir alors on se pose des questions et on imagine les concessions et sacrifices qu’on serait prêtes à faire pour réaliser nos envies, nos rêves.

Il y a peu je discutais aussi avec ma mère sur le fait qu’une réalité m’a frappé récemment : je ne sais plus ce que c’est que d’éduquer un enfant à deux. Bientôt, ma fille aura vécu autant de temps avec des parents ensembles que séparés.
Je sais ce que c’est de s’occuper à deux d’un bébé mais pas d’un enfant. J’ai mon modèle avec mes parents mais plus aucun repère de ce qu’est le quotidien d’une famille nucléaire (classique).

Alors es ce qu’un jour si je n’arrive pas à reconstruire une vie de couple et de famille je me décide à faire un bébé toute seule ?

Pour le moment non, que ce soit psychologiquement , financièrement … je n’ai rien de stable dans ma vie. Puis, comment le faire ce bébé ?

La PMA pour les femmes seules ce n’est pas encore pour desuite desuite en France et aller en Espagne c’est un sacré coup financier.

Faire un “bébé tinder“, au sens, ne pas se protéger et tomber enceinte avec une aventure, sans lui dire, je ne me sens pas de le faire car j’ai pas envie de ne rien savoir sur le géniteur de ce potentiel bébé et ce que j’aurais à lui raconter de son histoire. Je sais qu’il y a des hommes prêt à “donner leur sperme” pour une partie de jambes en l’air mais bon … Disons que je sais que ça se fait, à voir dans la réalité.

Faire un bébé avec une personne qui n’est pas faite pour moi (etre enceinte d’un ex par exemple). Lui dire, c’est prendre le risque qu’il veuille avoir son rôle et j’ai pas envie qu’il s’implique si on est pas fait pour être ensemble.

Ne pas lui dire n’est pas une option qui me convient car si j’ai tenue un minimum à lui, je n’ai pas envie de lui faire ça.

Alors on fait comment, avec un ami ? Oui mais l’ami impliqué dans notre vie sans prendre sa place de père ce serait quand même très compliqué et moi, s’il n’y a pas de vie de couple je n’ai clairement pas envie de faire de compromis pour l’élever à deux cet enfant.

Par contre, si je tombais enceinte par “surprise” il est clair et net que je ne repasserais pas par la case IVG, donc, messieurs, prenez vos responsabilités 😉

Enfin, voilà le topos de notre débat. L’idée reste dans un coin de ma tête, plutôt dans un projet PMA, en France. Ce serait vraiment dans l’optique ou si d’ici quelques années je n’ai pas réussi à retrouver une stabilité affective et que la situation me convient tel qu’elle est.

Pourrais-je par amour accepter de ne pas avoir ce deuxième enfant tant attendu et désiré ?

La question s’est posée quelques fois, surtout si la personne a elle aussi déjà un ou des enfants et sincèrement, ce serait très difficile pour moi à accepter. Oui j’ai déjà ma fille mais je n’ai tellement pas fait le deuil de la maternité que ce serait le compromis le plus difficile à faire de ma vie.

 

Aucune annonce spéciale dans cet article, je vous partage simplement ma réflexion sur le sujet et les discussions que j’ai pu avoir autour de moi. Pour illustrer mes propos, mon super sweat de chez Undiz parce qu’après tout, on peut croire en nos tétés, peut être qu’un jour ils nous rendront bien service ? (je pense à l’allaitement voyons, n’ayez pas l’esprit si mal placé !)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.