La vie de famille

Ce bébé qui n’existe que dans ma tête

Shooting grossesse Litchi

Il y a 6 mois et 1 semaine exactement, je pense pouvoir dire que j’ai vécu la pire journée de ma vie, un véritable attentat émotionnel.

Pardon chers lecteurs, c’est probablement encore un article qui va être difficile à lire et vous décrochera peut être une petite larme mais je crois que j’avais besoin de poser ces mots là quelque part.

Dans un univers parallèle, si j’imagine ma vie sans cette phrase qui résonnera à tout jamais dans ma tête comme réponse à l’annonce de cette nouvelle grossesse attendue, je serais aujourd’hui à presque 7 mois de grossesse.

La 3em chambre de la maison serait prête, la liste de naissance aussi.

Cette chambre je peux même vous la décrire tellement j’y pensais depuis un moment. Il devait y avoir 2 murs en papier peint bleu à paillettes et 2 murs en lambris blanc. Un lit au sol 60×120 cm avec le contour plein en bois et une petite ouverture aux pieds du lit.

Je voulais mettre un petit espace de jeux calme dans sa chambre, un tapis de motricité bleu wesco avec miroir et peut être même une barre de brachiation cette fois. Des livres mis en avant comme dans le salon avec les étagères à épice Ikea.

Je pouvais réutiliser la commode plan à langer de mon Litchi et du coup mettre une penderie basse dans sa chambre à elle. J’imaginais une déco plus minimaliste que dans la chambre de mon Litchi avec peut-être des plumes et une invitation au rêve si petite fille ou plus un thème montagne ours polaire ou avion dans les nuages si c’était un petit garçon.

Je pensais couper la salle de jeux en deux avec une barrière pour avoir un espace sécurisé dans lequel ma fille puisse continuer à jouer avec ses jeux non adaptés à un bébé et un espace où ils pouvaient jouer tous les deux.

J’avais aussi déjà des idées de produits à mettre sur la liste d’un bébé 2 quand on est une blogueuse qui a déjà énormément de choses à la maison. Je garde en tête un porteur Baghera par exemple qui me fait de l’oeil depuis un moment ! Je voulais une écharpe de portage plus funcky que la didymos du Litchi, une Kokaidi peut être et un préformé plus récent comme le Boba X. Je voulais changer la coque pour la voiture pour une qui s’incline comme la cloud Q ou la Kiddy et peut être se fendre d’une nouvelle poussette qui irait avec la dite coque pour que ce soit plus pratique à la fixer que sur notre Nano. Je voulais n’avoir que des pyjamas en laine (Manymonth ou Engel entre autre) parce que j’ai toujours galéré à me décider sur des pyjamas pour mon Litchi alors autant que ce soit des vêtements techniques adaptés aux couches lavables pour ce qui concerne la nuit. Je voulais tester d’autres marques de couches lavables et refaire un stock de lingettes lavables car ça vieilli mal ces cousettes. Une deuxième chaise évolutive comme la safety first qu’on a, des langes en bambou encore et toujours pour remplacer ceux du Litchi. Quelques beaux jouets d’éveil comme les jouets de bain/dentition Oli&Carol, un peu de Grimm’s et autres beaux objets dont je n’avais pas connaissance les premiers mois de ma fille.

Je revenais de 2 salons sur la puériculture et le jeux/jouet avant de savoir que j’étais enceinte mais comme c’était en projet, j’avais déjà glissé la nouvelle à l’oreille de quelques personnes pour commencer à envisager des partenariats, allaitement, portage, déco, éveil …

Et puis il y a ces petites choses qui attendent sagement qu’un nouveau bébé s’en serve. J’ai acheté l’an dernier un couffin sur un coup de tête, il sert en attendant pour ranger les peluches de mon Litchi dans sa chambre. Je voulais même un couffin sur pied dans le salon plutôt que d’utiliser le transat si par miracle ce bébé 2 n’avait pas de soucis de reflux ! J’ai passé à mes parents plusieurs choses pour qu’ils puissent redescendre et prêter à mon meilleur ami d’enfance qui va être papa dans quelques mois et j’ai aussi prêté des choses à des copines ici. Je préfère que ça serve plutôt que ça prenne la poussière. Et puis j’ai trié les vêtements et je me suis décidée à les vendre pour la plus grande majorité, il y a trop de « et si » pour les garder.

Dans cet univers parallèle, ma formation Espace de jeux et motricité serait terminée, j’aurais même peut être lancée mon projet de formation sur comment animer un atelier de motricité à destination des pros (oui c’était mon projet 2019, il y a 6 mois). Niveau organisation de mon temps de travail, j’avais espoir de pouvoir aller jusqu’au bout ou presque de la grossesse pour mon contrat avec la Mairie, je pouvais pas terminer l’année mais presque. A la rentrée je pensais soit négocier de faire quelques séances avec ma boule de bébé avec moi mais en plus réalise j’avais une idée en tête d’ass mat, ma super copine ou j’avais un coup de coeur pour une ass mat qui vient à mes ateliers et qui du coup, aurait eu mon bébé avec elle. L’idée c’était qu’il ne soit en garde que quelques heures, pendant mes divers ateliers puis d’augmenter vers ses 1 ans comme pour mon Litchi. J’allais sûrement galérer pour continuer à mener de front mes autres contrats de la maison mais bon, j’étais prête dans ma tête à accepter que ce bébé 2 n’aurait pas une maman aussi disponible que pour mon Litchi. Ma vie professionnelle désormais, j’y tiens.

Ce bébé 2 je voulais que ce soit un garçon. J’ai toujours 3 prénoms en tête mais que Mister B ne validait pas pour mon Litchi et vice versa avec sa liste, on aurait bien galéré avec les prénoms ! Je m’imagine vraiment avec un garçon après ma merveilleuse petite fille.

Je me disais qu’avec ce bébé 2, j’allais peut être pouvoir donner plus de place à son papa ou du moins, que celui là accepterait peut être plus que son papa s’en occupe. Il a tellement mal vécu de ne pas réussir à trouver sa place dans ce duo mère fille que l’on forme avec mon Litchi malgrès toutes mes bonnes intentions, j’avais espoir qu’on se débrouille mieux cette fois ci.

J’en étais là, j’en étais déjà là dans ma tête le jour où j’ai annoncé à Mister B en marchant sur des œufs que j’étais enceinte car je savais depuis peu qu’il voulait finalement reporter un peu ce projet.

Pourquoi j’en parle et pourquoi j’en parle maintenant ?

Ce n’était pas du tout mon intention en commençant l’article, j’ai changé son titre après le 1er paragraphe car j’ai réalisé que j’avais beaucoup de choses à dire avant de dresser un bilan de ces 6 premiers mois post séparation.
Ce que je viens d’écrire je n’en ai parlé à personne, je pense que même Mister B ne savait pas à quel point j’avais déjà pensé à toutes ces choses à l’avance.

Ce bébé qui continue à grandir dans ma tête à défaut d’à l’intérieur de mon ventre, il existe, je ne l’ai pas oublié. Comment l’oublier au juste ? On le voulait cet enfant, à un moment on l’a voulu tous les deux et même tous les 3 car c’est mon Litchi qui à force de nous parler de petit frère ou sœur m’a rassuré et c’est Mister B qui a finit d’achever la décision de se lancer au retour de vacances. J’étais tellement fière que pour une fois, ce soit lui qui prenne une décision et qu’il soit si sûre de lui. Ce n’est pas pour enfoncer le clou mais c’est un fait, j’ai réellement ressenti cette fierté à ce moment là et la chute fut d’autant plus grande quand dans un premier temps il est revenu sur sa décision puis après l’annonce, qu’il m’ai balancé son boulet de canon, son couteau, que dis-je, sa kalash en plein coeur. Un attentat, pour moi ça restera un attentat cette phrase, ces décisions qui en ont suivi et dont j’ai pas vraiment eu la sensation d’avoir eu le choix au final. On ne fait pas un enfant pour soi, je ne pouvais pas décemment choisir de garder ce petit être vivant en moi et pour moi. J’ai déjà rédigé un article à chaud pour parler de cette décision de l’IVG et de comment ça s’est passé mais 6 mois plus tard qu’en est-il ?
Je ne regrette pas, je ne regrette absolument pas d’avoir subit un IVG vue les circonstances de cette grossesse. Je n’aurais pas pu me relever comme j’ai réussi à le faire, je n’aurai jamais pu reprendre ma vie en main et la concevoir différemment comme elle l’est actuellement si j’avais été enceinte de presque 7 mois aujourd’hui.

6 mois ont passé et je vais bien, je suis sereine avec cette décision mais beaucoup d’autres choses ne tournent pas encore bien rond. Et en parlant de rondeur, si ce bébé imaginaire me revient de temps en temps à l’esprit c’est aussi parce que je peux voir les bidons s’arrondir dans mon entourage . Je n’ai aucune haine, aucune jalousie envers elles je suis réellement contente pour elles mais c’est indéniable que ça me renvoie toujours à mon bébé imaginaire à moi, ce bébé que je n’aurai pas.

Il n’y aura pas de bébé 2 avec ce papa là, il n’y aura pas de 3em chambre dans cette maison là, il n’y aura pas cette famille idéale que j’imaginais dans cette vie là.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.