Inclassable

A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire.

C’est l’histoire d’un lit qui m’a rappelé que j’étais capable, que j’en avais la force, que je pouvais me débrouiller toute seule.

Il est 22h quand je vous écrit cet article en y joignant la photo de mon nouveau lit. Un lit en 160×200 , matelas Bultex dont je rêve depuis longtemps et qui m’en a fait baver tout le weekend.

Je l’ai voulu ce grand lit de qualité au top et je l’ai eu ! Non sans mal, clairement.

J’ai mis du temps à me décider puis je passe commande semaine dernière avec location du camion pour le prendre au dépôt le vendredi, dernier créneau de la journée. Mister B m’accompagne avec le Litchi puisqu’il va récupérer au passage l’ancien lit en 140. Mais une fois les clefs du camion en main j’ai un doute … ” Au fait, ça passe un sommier tapissier en 160 dans l’escalier ???”. Verdict quelques heures plus tard , NON, ça passe pas du tout et encore moins par la fenêtre.

Retour au magasin le lendemain, échange assez rentable programmé pour Lundi 14h à ma demande, je voulais mon lit au plus vite. Nuit horrible le Dimanche soir sur un matelas gonflable 1 place prêté par ma voisine. Mon Litchi a voulu faire du camping avec maman dans le salon et autant vous dire que c’est petit un lit gonflable une place et que j’ai eu froid je ne sais pas trop pourquoi. Bref .

Mon lit c’est le meilleur des lits car

Je l’ai acheté avec mes économies, je suis allée le chercher toute seule, j’ai conduit comme une grande le camion de livraison, j’ai demandé à un voisin de m’aider à le décharger puis recharger le pack qui n’allait pas pour faire l’échange. Puis une amie qui passait me voir m’a aidé à monter le matelas et le sommier en kit dans la chambre et … J’ai passé la soirée à assembler le sommier a lattes. Mon Litchi m’a aidé au moins 5min et me voilà donc enfin dans mon lit avec une fierté de dingue.

Cette aventure m’a rappelé d’autres moments dans ma vie où j’ai du me débrouiller toute seule. Ce sont des moments qu’on oublie pas et dont on garde une grande fierté. Je repense à mon ancien lit que j’ai acheté il y a 7 ans, déjà à l’autre bout de la France pour mes études et que j’ai aussi du aller chercher puis assembler seule. J’ai repensé à ce jour où j’avais froid dans mon appart étudiant et où j’arrivais pas à ouvrir le baril de fioul pour remplir mon poêle à pétrole. J’en pleurais de nerf, j’ai du passer peut être une heure à forcer comme une folle et puis, j’ai réussi.
Je me suis souvenue aussi que j’étais cette femme fraîchement diplômée qui a monté son entreprise en SARL et l’a tenue à bout de bras pendant 2 ans. Je suis cette maman qui a pu gérer d’abord une journée puis, un weekend puis, une semaine , 15 jours mon petit bébé toute seule à la maison quand Mister B était en déplacement. Je suis cette maman qui traverse la France en train avec sa fille et son chien sous le bras. Je suis cette femme qui doit complètement repenser sa vie, assumer le quotidien toute seule, faire des choix avec des grandes conséquences et reconstruire son bonheur malgres tout.

Ce simple lit qui m’en a fait bien baver m’a redonné un coup de boost, de la confiance en barre et l’envie de me battre pour être cette femme autonome , indépendante et forte que je suis tout à fait capable d’être.

Alors j’avais envie de vous dire à travers cette anecdote que dans la vie, à vaincre sans périple, on triomphe sans gloire ( Le Cid, Corneille) . Osez, lancez-vous, plantez-vous mais prenez votre courage à deux mains et soyez les maîtresses de votre destin. Je parle à vous les mamans, les femmes parcequ’à force d’être dans son petit quotidien tranquille et sécure, on en oublierait qu’on est capable de tout, toute seule et qu’on peut être fiers de nous.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.