Bon à savoir

Comment utiliser correctement un trotteur youpala

 

Vous avez malencontreusement posé votre enfant dans un trotteur et il ne veut plus le quitter? Vous culpabilisez d’en acheter un de peur que votre pédiatre sonne l’alerte? On vous en a donné un et … vous hésitez à le présenter à votre enfant? Vous avez été embrigadé par le conseillervendeur de …… et il y en a un sur votre liste de naissance?

Edit 2017 : Je suis désormais bien plus informée sur le sujet et j’adhère aux principes de la motricité libre qui consiste à ne pas placer un enfant dans une position qu’il n’a pas acquis seul afin de ne pas entraver son développement moteur. Mon avis a donc évolué depuis 2012 mais je vais tenter de garder l’essence de cet article qui a toujours autant de succès, tout en y ajoutant de nouvelles informations qui sont importantes à mes yeux. Vous pourrez retrouver mes articles sur ce thème ici.

On sait qu’il y a les pour et les contre concernant les trotteurs. D’un côté il y a les professionnels de la santé du type pédiatre ou kinésithérapeute qui vont fortement, fortement, fortement déconseiller d’utiliser un trotteur et de l’autre, votre copine qui ne jure que par celui qu’elle a acheté pour son petit génie.

Les dangers et contre indication d’u trotteur youpala

J’entends déjà certains grincer des dents, se crisper ou râler  mais je vous promets, un trotteur s’il est bien utilisé peut être ne pas poser de problème dans le développement de l’enfant.

C’est au sol que l’enfant construit et développe sa motricité.

Les trotteurs sont interdits au Canada suite à des accidents par renversement ou basculement. En France, les assistantes maternelles ne sont pas autorisés à en avoir un. On relève également encore de trop nombreux accidents et problèmes moteurs liés à l’utilisation d’un trotteur.

On ne doit pas mettre un enfant dans un trotteur avant qu’il ne sache tenir assis c’est à dire qu’il puisse tenir son buste et sa tête bien droite. Il doit donc posséder le tonus nécessaire pour être mis dans l’assise du trotteur. Je dirais même qu’il faudrait attendre que l’enfant se mette assis seul et se redresser debout seul avant d’utiliser un trotteur.

Un trotteur ne doit pas être utilisé pour apprendre à l’enfant à marcher et se déplacer. Le fait de se déplacer avec un trotteur fausse complètement la perception de l’équilibre et la proprioception de l’enfant. De plus, un trotteur permet à l’enfant à se déplacer avant qu’il ne soit capable de le faire seul, du coup il a accès à des objets et lieux dont il n’est pas encore capable d’en appréhender les dangers. c’est pour cela qu’il y a des accidents, l’enfant peut par exemple attraper le pied d’une lampe et la faire tomber sur lui ou se renverser dans les escaliers.

Le risque si l’enfant se déplace avec un trotteur sur le plan de sa motricité c’est qu’il va sur stimuler des muscles qui ne devrait pas l’être, l’enfant peut se déplacer par la suite sur la pointe des pieds et il y aura un gros travail de rééducation pour retrouver une postule correcte.

Pourquoi utiliser un trotteur alors ?

On se le demande encore … 😀  En fait l’intérêt du trotteur, l’argument marketing est qu’il permet une plus grande autonomie à l’enfant. Oui mais à quel prix ? Celui de fausser son développement naturel. En réalité, le seul intérêt au trotteur est de permettre à l’enfant de jouer en position verticale avec la tablette posé devant lui. Il y a aussi des bébés qui ont besoin d’être verticalisé, tel est le cas d’un bébé RGO qui ne supporte pas d’être allongé. Le meilleur support pour répondre à cette demande c’est vous, en le prenant dans vos bras, en le portant mais vous avez le droit d’être fatigué et d’avoir besoin de quelques minutes de liberté / tranquilité. C’est là que le trotteur peut s’avérer utile, répondre à un besoin de verticalité quand maman (ou autre) ne peut pas y répondre elle même.

Le trotteur sert donc de relais à vos bras fatigués. Mais si vos bras sont fatigués, c’est bien parce que cela vous a demandé un effort pour aider votre enfant à se mettre assis ou se tenir debout non? et bien imaginez l’énergie que dépense votre enfant pour tenir assis ou debout. Sachant cela, oui vous pouvez mettre votre enfant dans un trotteur pour récupérer l’usage de vos bras mais surtout, ne laissez pas votre enfant trop longtemps dedans! Il n’est pas en position allongée, de repos, il est en train d’agir et va se fatiguer rapidement. Il est donc préconisé de faire des sessions de 15min dans le trotteur, pas plus. Plus votre enfant et jeune et donc immature au niveau de son développement moteur, plus les sessions devront être courtes.

Dernier élément à prendre en compte, la hauteur du trotteur. L’enfant posé dedans doit avoir les pieds à plat sur le sol sinon,tout son poids repose sur la pointe de ses pieds quand il se mettra debout et cela va “dérégler” son équilibre (bah, oui, car dès que l’enfant a les pieds au sol, il se met rapidement debout dans le trotteur et s’il est sur la pointe des pieds et en avant, c’est pas demain la veille qu’il va marcher tout seul). Donc n’oubliez pas de régler la hauteur du trotteur pour que l’enfant ai le plus possible d’appuis au sol.

Voilà, ces quelques éléments pourront vous être dits en magasin, si la personne est un minimum renseignée sur le sujet.

Comment utiliser correctement un trotteur

Pour moi, il est essentiel de séparer l’utilisation du trotteur en 2 étapes pour ne passur-stimuler” l’enfant. Pour les deux première étapes, le trotteur ne dois pas permettre d’avancer, il faut donc soit bloquer les roues, soit le mettre en mode balancelle pour les deux en un.

Etape 1

L’intérêt du trotteur n’est pas spécialement et même pas du tout d’apprendre à marcher à l’enfant. Le trotteur permet à l’enfant de jouer et découvrir le monde en position verticale. Et ça, c’est l’élément essentiel à retenir de cet article. Le plateau d’éveil posé devant l’assise du trotteur représente en somme, le principal atout de celui-ci. Votre enfant installé dans le trotteur a les mains libres . Ainsi, il peut attraper les jeux et se concentrer dessus sans trop se soucier de ce que fait le reste de son corps.

Mais, car il y a un mais, après avoir fait le tour, goûté et touché les jeux, c’est ce qui se passe avec ses pieds sur le sol qui va devenir intéressant. Deuxième atout du trotteur, pouvoir utiliser ses pieds contre un support! Et on ne parle pas encore de se déplacer avec le trotteur, la première chose à explorer c’est de “jumper” (traduction: rebondir en poussant sur ses pieds). Pour favoriser les jeux avec les pieds et empêcher au trotteur d’avancer, vous pouvez placer un coussin sous les pieds de l’enfant. Judicieux hein? En variant les textures et l’épaisseur du coussin vous apportez différentes stimulations et vous pourrez par la même occasion utiliser le trotteur avant que l’enfant ai les pieds parfaitement à plat au sol. bien utiliser un trotteur

Etape 2

Pouvoir se déplacer. Comme pour la position assise, il est important d’attendre que ce soit l’enfant qui induise la demande de se déplacer, de marcher avant de débloquer les roues. Il faut aussi et je le redis, que l’enfant ai les pieds parfaitement à plat sur le sol et que l’environnement soit vraiment sécurisé. Plus il a d’appuis, mieux c’est. En fait, on peut remettre le trotteur en position basse pour que le trotteur serve plus de “réception” que de soutien pour avancer. Ainsi, l’enfant sera acteur de son déplacement et ce sera moins facile. Ce sera aussi plus agréable que d’être suspendu par les parties génitales…

Au final, un pousseur serait bien plus utile qu’un trotteur mais si vous lisez cet article c’est que vous possédez un trotteur et que vous souhaitez vous en servir.

 Retenez surtout que vous n’imposez pas un jeu à votre enfant, c’est lui qui en fait la demande, vous ne faites que des propositions. On peut aussi noter, qu’un enfant s’adapte à son environnement bien plus qu’il n’en fait la demande. Si votre enfant a un besoin de verticalité sans que ce soit lié à un soucis de santé, c’est probablement parceque vous lui avez fait découvrir une position avant qu’il ne sache le faire seul. Sachez qu’il est important que l’enfant passe par différentes étapes seul pour consolider et favoriser un développement moteur harmonieux.

Je termine avec une affiche que vous pouvez transmettre concernant l’utilisation d’un trotteur.

3 réflexions au sujet de “Comment utiliser correctement un trotteur youpala”

  1. Je crois que le trotteur est indispensable pour le développement de bébé. Il l’aide dans ses premiers pas tout en s’amusant. De plus il est bien jusqu’à 3 ans. Le problème parfois c’est de choisir le trotteur idéal. Il y a des trotteurs du type bicyclette ou voiture, d’autres du type marcheur,…On ne sait pas lequel choisir…

  2. Quand fauit-il privilégier le trotteur. Vaste question. Beaucoup sont pour mais il faut faire tout de même attention à ce que le bébé ne s’y habitue pas de trop , il apprend vite à ne plus faire d’efforts

  3. Désolé, nous avons utilisé un yupala pour nos 2.garcons, non pas pour apprendre à marcher mais à explorer et à se.déplacer et suivre leur maman dans l’appartement. Aucun incident constate, cela n’a pas Empêche nos 2 garçons de devenir des sportifs d’elite Et de pratiquer divers sports avec élégance. Donc ne pas décrier cet objet temporairement utile,

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.