Navigation

Moi, e-fluent mum mais Estelle avant tout

Maintenant que je vous ai parlé de ma façon d’être mère, mon ressenti, j’avais envie de vous re parler de mon ressenti  « d’influenceur ».

Cet été j’ai écrit un article sur « la blogueuse en mousse » que j’étais mais les temps changent et le fait est que…. Je deviens quelqu’un d’influent, que je commence à avoir une petite notoriété et que tout prend de l’ampleur. Et puis même que j’ai participé au spot des E-fluent Mum 2017 et ça, c’est trop la classe 😀

Passion ou travail ?

Je ne peux pas dire que j’ai commencé à bloguer sur la maternité, la motricité, la puériculture et le jeu jouet sans avoir envie de devenir quelqu’un de reconnu. Je ne rêve pas d’être une star mais d’être considérée comme expert dans mon domaine. Ça je l’ai toujours eu en tête. Je me remet souvent en question mais je pense que je n’ai pas de mauvaises raisons d’écrire car concrètement, ça fait plus de 5 ans que j’écris et la reconnaissance est très récente. Je suis bien une passionnée et même si je veux en vivre, ce n’est pas le fait de le faire bénévolement qui va m’arrêter. Avoir des sous ce serait juste mieux quoi 😀

Donc me voilà depuis quelques mois et même 1 ans on va dire avec mon groupe Espace de jeux, à avoir de la reconnaissance, à être prise au sérieux, à être écouté, à être considérée. Bien sûr que c’est très gratifiant, on ne va pas se mentir, je suis fier comme un coq mais en même temps, il y a des côtés négatifs et des choses qui me font peur.

L’impact de mes propos

J’adore conseiller, j’adore transmettre mais je suis toujours surprise, mal à l’aise et amusée quand on vient me demander mon avis sur tel ou tel sujet qui certes reste dans la sphère de la parentalité mais qui s’éloigne de mon domaine d’expertise. Sortie de ma zone de confort, oui je suis plutôt très au courant mais autant que toute autre maman qui se renseigne donc mon avis sur la diversification par exemples,il m’est propre. C’est un avis de maman lié à ma toute petite expérience de primipare. Alors oui je peux partager mon expérience mais je ne peux pas prendre la responsabilité d’en faire un dogme. Je ne veux pas faire de dogme Quel que soit le sujet de toute façon. Mon conseil dans la plupart des cas quand on me demande mon avis quel que soit l’heure du jour où de la nuit, c’est « écoutez vous, écoutez et observez votre enfant et faites comme bon vous semble ». Je n’ai pas la science infuse et ne détiens pas la vérité absolue donc mon avis reste le mien, je veux bien le partager mais le plus important est de vous faire votre propre avis une fois les informations en votre possession.

Cette pression, cette responsabilité qu’on a quand on devient un « influenceur » elle est palpable quand je vous partage une découverte, un produit, un coup de cœur etc… Je suis toujours super étonnée de voir que certains se précipitent en dégainant la carte bleu pour acheter dans les minutes ou heures le produit dont je viens de parler. C’est waouh, gratifiant mais flippant je vous assure ! Alors oui ça m’arrange bien quand vous voulez craquer en achetant un truc par un de mes liens sponso mais je me dis que c’est la porte ouverte à un business. J’ai peur de devenir un vendeur de tapis et pouvoir vous faire acheter n’importe quoi. Évidemment ce n’est pas le cas mais ça me traverse l’esprit à chaque fois et j’ai envie de vous secouer pour vous rappeler de ne pas faire une confiance aveugle et de vous faire votre propre avis. Oui vous pouvez me faire confiance mais attention, mon avis reste mon avis même s’il se veut objectif et la plupart du temps, professionnel.

Les partenariats

Puis il y a les partenariats. Jusque là j’étais hyper libre sur les partenariats que j’avais. La plupart du temps je parlais de choses que j’avais acheté ou eu en cadeaux de mon entourage. Donner son avis est plus facile dans ce cas là.  Quand on est couvert par un contrat, qu’on doit répondre à des exigences de temps, de contenu et de résultat, c’est plus tout à fait la même chose. Je veux rester objective mais je ne suis plus aussi libre. Ça n’a jamais été dans mon état d’esprit de déglinguer une marque publiquement mais c’est d’autant plus délicat de donner des points négatifs quand quelqu’un attends après toi que tu fasses une communication positive sur son produit. Dans mes articles et vidéos tests je mets un point d’honneur à donner des avis positifs, ça c’est normal mais aussi, des points négatifs. C’est juste que l’équilibre se doit de pencher vers le positif sinon je n’ai pas envie de publier. Donc pour ça que ce soit avec ou sans partenariat, j’ai le même fonctionnement. Par contre, jusque là je n’avais pas cette pression du résultat. On attend après mois que je communique rapidement avec telles ou telles conditions et je dois rendre des comptes. Plus une marque est exigeante et moins ça me convient. Je ne suis pas d’accord pour montrer mon article avant publication par contre je veux bien discuter pour éclaircir des points négatifs quitte à modifier mon article. Je n’aime pas trop avoir un calendrier de publication à remplir même si je comprends très bien qu’il y ai des timing à respecter. J’explique aux marques que je suis formée au référencement mais je n’aime pas qu’on m’impose des mots clefs, des liens à caser etc. Puis un sujet qui semble tabou dans la blogosphère, 90% du temps c’est moi qui contacte mes partenaires en leur proposant un projet. Ainsi, je minimise le risque de me planter puisque la demande vient de moi. Mais plus ça va,  plus je suis contactée et pour le moment j’ai du mal à dire non. C’est délicat car tout ne me convient pas et il va falloir oser dire non sinon ça va se ressentir dans mon rendu.

 Je m’expose et j’expose ma famille

Et oui c’est un peu la base du truc. Je m’exprime, m’affiche sur les réseaux sociaux et internet mais j’affiche par la même occasion ma famille entière. Nos points de vues divergent avec l’homme sur ce sujet et il n’est pas toujours évident de s’accorder même si je suis d’accord sur le fond avec lui. Oui ma fille est une grande source d’inspiration mais j’écrivais déjà sur la puériculture, la motricité et la parentalité avant de l’avoir. Donc oui dans un sens je me sers d’elle pour étayer et mettre en image mes propos mais j’essaie quand même de ne pas la rendre indispensable à mon travail. L’homme m’a fait prendre conscience de l’importance du respect de la vie privée et des personnes, j’en avais évidemment un minimum conscience mais il m’a fait bien avancer sur le sujet. J’ai commencé à bloguer avec mon vrai nom puisque j’étais chef d’entreprise, on est pas anonyme. Par contre dès que je suis tombée enceinte et que j’ai commencé à parler de mon bébé, il m’a semblé évident de lui donner un surnom ainsi qu’à l’homme. Nous ne sommes pas mariés (du moins pas encore, l’espoir fait vivre 😀 ) donc ma fille et mon homme ne portent pas mon nom. Ensuite, je porte une attention particulière à protéger le visage de ma fille. Non pas qu’elle soit moche, au contraire mais ça c’est l’homme qui l’impose, on ne doit pas voir son visage, elle ne doit pas être reconnaissable. C’est de plus en plus important pour lui maintenant qu’elle grandie et c’est sur ça qu’on a du mal à s’entendre car je n’ai pas le même degré de tolérance que lui. Si vous voulez, ce qui me semble hyper important pour la suite c’est que tout ce qui est sur internet ne nous appartient pas complètement et peut se retrouver facilement par n’importe qui donc tout ce qui est publié doit respecter la personne. Donc je tiens à que ce que je publie sur ma fille ne lui porte pas préjudice plus tard. Par exemples, je ne mettrais jamais de photo de ma fille dans son bain, pendant un change ou sur le pot ni en train de pleurer ou d’être en colère. Je ne souhaite pas qu’on puisse se moquer d’elle ou lui reprocher des choses plus tard par rapport à mon travail et mes écrits. Elle n’a pas donné son accord pour être prise en photo ou vidéo donc j’essaie au maximum de préserver son « anonymat » mais ce n’est pas facile car ça handicape pas mal mon travail d’avoir à tout filmer sans voir son visage par exemple. J’étais plus laxiste avant mais désormais l’homme est clair donc je dois m’adapter 🙂 . Sans oublier les dimensions de vol et détournement de contenus, je ne supporterait pas qu’on puisse réutiliser mes photos et vidéos, en se les appropriant, à d’autres fins, donc je signe mes photos et vidéo et j’en profite pour masquer le visage de ma fille au passage.

Au delà des visuels, il y a ce que je dévoile. Je donne beaucoup de ma personne sur les réseaux sociaux , mon blog , ma chaîne. C’est en quelque sorte une mise à nue car on doit accepter de recevoir des remarques, des critiques, elles peuvent être positives, constructives ou pas. On a beau se blinder, être au courant, s’y préparer, on est toujours blessé(e) quand quelqu’un n’est pas d’accord, remet en question ce qu’on dit ou nous critique. C’est valable pour moi comme pour n’importe quel personnage public. Perso je ne sais pas comment font les politiques avec tout ce qu’ils se prennent dans la figure. Bref, ce n’est pas le sujet lol. J’essaie d’entendre les remarques mais je vous avoue que ça me blesse toujours et que j’ai bien du mal à l’accepter même si je suis du genre à me remettre en question. Disons que je me remets en question par moi même donc je n’accepte pas trop qu’on me l’impose 😀

Quoi qu’il en soit, 90% de ce qu’il se passe sur les réseaux sociaux, mon blog et ma chaîne est positif et me fait énormément de bien. J’essaie de ne retenir que ça même si on sait qu’il y a 10% de moins cool dans l’histoire. J’espère pouvoir continuer dans cette voie longtemps et pouvoir rapidement pouvoir espérer en vivre ! Et en ce qui concerne la blogosphère, j’ai été vraiment ravie de participer aux E-fluent Mum, j’y ai passé une super journée et fait de bien belles rencontres. Désormais je fais partie de la grande famille 🙂

N’hésitez pas à me donner votre ressenti de lecteur ou en tant « qu’influenceur » !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading...