Navigation

L’éducation et moi (et nous en fait)

Bonjour, aujourd’hui j’ai envie de vous parler éducation , pas l’éducation avec un grand E , juste la mienne, celle que j’ai reçu et celle que j’aimerai donner.

C’est un article personnel, retour d’expérience et non a vocation de conseil. Je ne dis pas que c’est LA bonne façon de faire et je n’attends pas non plus qu’on me dise comment faire 😉 . En fait j’avais envie de donner un autre son de cloche, être reconnaissante de ce que j’ai reçu car en éducation bienveillante j’ai la sensation que bien souvent sa propre histoire familiale est un poids. Le fait est que soit on reproduit ses schémas familiaux, soit on s’y oppose. Pour ma part, je reproduis avec beaucoup de fierté et de reconnaissance. C’est donc le thème du jour.

Mon éducation

Souvenir de notre ferme pédagogique

Je suis plutôt fiers de l’éducation que j’ai reçu, la manière dont j’ai été élevé. Élever, c’est joli comme mot, ça fait penser à un oisillon qui grandit et s’envole dans le ciel 😀  Mais parlons plutôt éducation car élever ça fait aussi penser à élevage et bien que je respecte les animaux, c’est un enfant que j’ai, pas un troupeau de vaches !

Mes deux parents sont professeur d’éducation physique. Je suis dans une famille de proff en fait. Du côté de ma mère ce sont des danseurs contemporain ou des handballeurs , mes oncles et tantes ainsi que ma mère sont tous allées en jardin d’éveil Montessori , dans leur cité HLM du Sud de la France (histoire de vous dire qu’on peut avoir une réflexion sur l’enfance et l’éducation sans être milliardaire 😉 ). Du côté de mon père c’est natation, bateau, escalade et randonnée. Mon père est un compétiteur dans l’âme, fonceur, entrepreneur et passionné. Avec lui, il faut le dire, c’est un peu marche ou crève 😀 . Ma mère est plus calme, c’est la créative, la cérébrale, la force tranquille mais qui sait où elle va et comment y aller. Une chose qui les rassemble, la liberté, la confiance et l’estime de soi, l’esprit d’aventure et puis l’amour. Ça donne des personnes qui sont toujours dans des projets plus ou moins fou, qui n’ont pas peur de se lancer et qui rassemblent les gens autour d’eux comme dans un élan de motivation collectif.

J’ai grandi là dedans, la petite, petite dernière (et princesse) issue d’un remariage avec 3 grands demi frère et sœurs. J’ai d’ailleurs eu très longtemps la sensation d’être fille unique alors que non, j’ai une famille nombreuse. Une ferme pédagogique, des maisons en construction, les sorties sportives en pleine nature (mer ou montagne). J’ai eu la chance immense de faire ma primaire dans un hameau, en classe unique d’une petite école publique pédagogie Freinet . Des souvenirs merveilleux, une enfance privilégiée, baigné d’amour et de liberté. Des hauts, des bas (bas,bas,bas) mais la vie n’est jamais un long fleuve tranquille. J’ai commencé à faire de la GRS à 10/11 ans , en compétition dès ma 2em année et ce pendant 10 ans ensuite. Un emploi du temps chargé dès le collège, j’étais en classe à horaire aménagé sport en plus de mes entraînements de GRS. Autant vous dire qu’ado je n’avais pas franchement l’occasion de faire des bêtises, je ne m’ennuyais jamais ! Au lycée j’étais en littéraire option Danse, un BAC artistique avec une bonne équipe pédagogique. A côté de ça, je donnais des cours de baby-gym et de GRS loisir. J’ai tellement de souvenirs extra-ordinaires, bon ou mauvais mais c’est ça qui fait avancer !

Souvenir d’un projet artistique au lycée

C’est tout cela, ma famille, mon entourage et l’environnement dans lequel j’ai pu grandir qui font celle que je suis aujourd’hui, en tant que femme et en tant que mère.

L’éducation que l’on aimerait donner

J’ai fermé mon entreprise (dépôt de bilan)en cours de grossesse donc il était clair et net que je resterai à la maison pour m’occuper de ma fille et ce jusqu’à son entrée à l’école (en théorie). En bossant dans l’univers de la petite enfance, je m’imaginais pas franchement aller la faire garder pour que je puisse de mon côté m’occuper de ceux des autres (que ce soit s’en occuper directement ou en donnant des conseils etc ). J’ai eu énormément de temps pour préparer l’arrivée de ce premier enfant puisque je ne travaillais plus et que c’est quelque peu mon domaine d’expertise la puériculture, la petite enfance et le jeu/jouet. L’homme m’a laissé faire et a ouvert en grand les oreilles. Nous avons beaucoup discuté et échangé autour de l’éducation, déjà car on était tous les deux des grands petits derniers avec des neveux et nièces puis parce qu’on discute beaucoup de manière générale ! J’ai déjà dit en facebook Live qu’on avait pas mal regardé super Nany à la tv ainsi que Baby boom et ça a été un bon support de communication « alors ça je suis d’accord / ça je ne suis pas du tout d’accord » etc … J’ai aussi beaucoup discuté avec mon groupe de copinautes sur facebook et ça n’a fait que confirmer les choix vers lesquels je tendais niveau projet de naissance, maternage et éducation bienveillante.

Ce qu’on aimerait c’est transmettre à notre fille nos valeurs, les miennes, celles de son père et nos valeurs communes. Il y a aussi ce qu’on aimerait qu’elle soit mais dont on ne sait pas vraiment si on a une réelle influence car ce sont des traits de caractère.

On aimerait donc :

– qu’elle ai confiance en elle, qu’elle n’ai pas peur d’entreprendre.

– qu’elle se respecte et qu’elle respecte les autres.

-qu’elle fasse les choses pour elle même et non pour correspondre à ce qu’on attend d’elle.

– qu’elle soit bien dans son corps, bien dans sa tête, qu’elle soit heureuse.

-qu’elle ai conscience de la valeur des choses, qu’elle soit reconnaissante.

– qu’elle soit à l’écoute, ouverte d’esprit, curieuse.

Puis notre Litchi a ENFIN pointé le bout de son nez et nous a mis des grandes tartes dans la figure mais ça je vous en ai déjà parlé ici : Cette mère parfaite que je ne suis pas. Pour moi l’éducation c’est reproduire ou s’opposer à celle que l’on a reçu, s’enrichir (si on en a envie) de nouvelles connaissances puis surtout, s’adapter à sa vie, son enfant, son environnement.

Shooting grossesse réalisé par une amie une semaine avant d’accoucher

Et puis je m’arrête là. Vous allez vous dire « hey oh, et en pratique ça donne quoi alors ??? » et bien ce sera pour un deuxième article , patience 😀 

Puis pour finir, dites moi tout, vous êtes dans la reproduction ou l’opposition de votre schéma familial vous ? 

 

4 réflexions au sujet de « L’éducation et moi (et nous en fait) »

  1. Céline

    Coucou. Super ton article! Je suis dans l’opposition du schéma familial. Parents divorcés alors que j’avais même pas 2 ans, balloté chez mon père, chez nounou…
    Très(trop) tôt des responsabilités d’adultes..
    Bonne enfance avec des valeurs mais la sensation de ne pas avoir été assez “enfant”

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading...