Navigation

Qu’est-ce que je fais quand mon enfant se met en colère

Parlons éducation bienveillante et gestion des émotions : la colère

Aujourd’hui je laisse la parole à Lily, psychologue et modératrice sur mon groupe Espace de jeux et motricité libre. Elle va vous parler éducation bienveillante et plus précisément, vous donner des pistes pour vous aider à accompagner la colère de nos enfants.

Nous aimons proposer à nos enfants des espaces de jeux ouverts qui permettent une multitude de découvertes…oui, mais parfois on aimerait qu’il ne découvre pas, par exemple, le goût de l’épluchure de carotte au fond de la poubelle !!!!

Il n’y a pas de vérités universelles sur l’éducation des enfants, juste des idées, des pistes. Nous vous proposons ici un espace où nous pourrons échanger nos idées pour aider nos enfants à évoluer dans leurs espaces de vie et dans la bienveillance !!

Qu’est-ce que je fais quand mon enfant se met en colère.

(Je précise que la colère est un sujet assez vaste et peut de ce fait être également en lien avec la motricité libre dans le sens où certaines crises peuvent induire une certaine mise en danger, par ex quand l’enfant se jette au sol, se cogne contre les meubles …)

Il est tout d’abord important de savoir que la colère n’est pas en soi une émotion à bannir à tout prix. Elle a une valeur réparatrice face à une frustration : c’est ce qu’Isabelle Filliozat appelle « la colère réparatrice ». La colère est justement à prendre comme un signal qui vise à porter l’attention sur ce qui a provoqué la colère (le déclencheur). La colère est seulement la partie émergée de l’iceberg. Et le cerveau de l’enfant n’étant pas mature d’un point de vue émotionnel, il lui est donc biologiquement impossible de maîtriser ses émotions : il est littéralement submergé par ses émotions fortes.

L’enfant a besoin de l’accompagnement de l’adulte pour ne pas être envahi et débordé par ses affects, pour canaliser son énergie, pour apprendre à exprimer ses besoins de manière socialement acceptable, pour appréhender à se laisser aller à ce qu’il ressent en évitant de se mettre en danger.

Voici donc quelques pistes pour aider les parents à accompagner les colères de leurs enfants:


écoute empathique : elle nous permet d’accueillir l’émotion de l’enfant mais aussi d’obtenir des éléments de compréhension sur ce qui sous-tend les paroles prononcées par l’enfant, de mieux saisir la résonnance émotionnelle dans ce que l’enfant fait.

verbalisation des émotions : il est important d’accompagner les colères de l’enfant avec des paroles qui lui témoignent de notre reconnaissance de ce qu’il vit et légitimise son émotion.

EX : « je comprends que cette situation te mette en colère mais il n’est pas possible de me cogner avec la voiture, je te propose plutôt de la faire rouler ensemble »

Proposition d’un endroit calme : L’idée est de proposer à l’enfant un espace de retour au calme plutôt qu’un isolement. L’adulte peut être justement présent dans cet espace avec l’enfant afin que ce moment soit plutôt à visée structurante et éducative et non punitive évidement.

EX : « J’ai l’impression que tu as besoin d’un temps calme. Est-ce que cela t’aiderait d’aller dans l’espace de retour au calme ? Si tu veux, je peux t’y conduire/t’accompagner »

Mise à disposition d’outils de gestion des émotions : l’espace de retour au calme sera agrémenté d’outils de gestion des émotions, tels que par ex un coussin de la colère (pour lâcher sa colère sur un objet spécifique à cela, et du coup éviter que ça soit contre lui-même ou autrui… objet qui sera ensuite bien rangé et moins visible dès le retour au calme), une bouteille sensorielle de retour au calme (qui peut être agitée au fil de son émotion et l’observation du contenu de la bouteille l’aidera justement à réguler son émotion), des crayons et une feuille (pour éventuellement dessiner sa colère), des livres expliquant l’émotion qu’est la colère (à plutôt utiliser après coup, par ex : « la couleur des émotions », « Sam et Watson plus forts que la colère », « Grosse colère » …) 

Il est également important d’avoir en tête que le parent devra éviter de se mettre lui aussi en colère (car vous le savez certainement, il y aura l’effet miroir). Ceci étant, cela n’est pas toujours si évident et dans ce cas, ne culpabilisez surtout pas mais suivez plutôt les mêmes pistes cités ci-dessus et notamment celle de la verbalisation des émotions. L’enfant a besoin de comprendre et surtout le parent représentant son modèle, il se doit donc de lui montrer comment lui-même gère sa colère.

Si vous ne la connaissez pas déjà et que vous souhaitez approfondir le sujet, n’hésitez pas à vous plonger dans le livre « Au cœur des émotions de l’enfant » de Filliozat (qui m’a énormément inspiré pour ce post 😉

Bien sûr ce ne sont que des pistes et nous sollicitons également vos témoignages ici ou sur la publication dédié sur le groupe pour compléter et approfondir la question ensemble… A vos claviers !!

2 réflexions au sujet de « Qu’est-ce que je fais quand mon enfant se met en colère »

  1. Pradelles

    Bonjour mon bébé de 10 mois se met à râler et à pleurer voire à crier est ce déjà une manière de faire des caprices je le crois pas mais j essai de lui expliquer qu’il doit me montrer ce qu’il le chagrine ou le dérange mais c est difficile avec un petit bout de son âge je me sens un peu désemparé face à ces cris.

    Répondre
    1. Estelle Auteur de l’article

      Bonjour, il manifeste sa frustration, ses émotions. Nommez les, expliquez lui calmement mais c’est bien normal et ce n’est pas un caprice, juste qu’il s’exprime et qu’il n’a pas encore les mots pour le faire 🙂

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *